Vous voulez changer de métier, vous avez plein de rêves mais comment réussir et surtout comment ne pas se planter.

Personnellement, j’ai changé plusieurs fois de métier dans ma vie et cela m’a réussi chaque fois que j’ai mis un pied dans quelque chose de nouveau mais tout en gardant l’autre dans ce que je connaissais.

Les spécialistes de la reconversion professionnelle appellent cela « utiliser ses compétences transférables ».

Les compétences transférables, ce sont les compétences que vous avez acquises jusqu’à présent et que vous pouvez utiliser dans un autre métier.

Par compte le plus grand danger, consiste à faire le grand saut en changeant tout radicalement.

Un métier reste collé à la réalité économique. Le métier est lié à un besoin. Un besoin qui justifie une transaction économique.

Le problème est l’adéquation entre votre rêve et la réalité économique. Cela ne veut pas dire que vous ne devez pas changer de métier. Que les choses soient claires. Mais vous ne devez jamais oublier qu’au bout du parcours, vous avez besoin d’une entreprise pour vous payer ou de clients pour vous payer si vous êtes indépendant.

Le challenge du changement de métier consiste dès lors à faire coller vos rêves à la réalité économique.

Par exemple, j’adore jouer au tennis, mais à moins d’être joueur professionnel, je n’ai aucune chance d’arriver à gagner ma vie en jouant au tennis. Par contre si je passais des certifications, je pourrais peut-être devenir professeur de tennis. Mais cela ne m’intéresse pas. Car il y a une grosse différence entre jouer au tennis et donner des cours de tennis.

Si dès lors je désire gagner ma vie avec le tennis, je dois commencer à inspecter toutes les niches économiques autour de ce sport afin d’en trouver une qui me plairait.

L’étape suivante peut être d’inventer un nouveau boulot. Mais là il faut faire attention de bien évaluer le réel besoin économique pour cette nouvelle activité.

Quand on veut changer de métier, et qu’on s’adresse à un pro, souvent celui-ci va faire un bilan de compétences, pour voir quelles sont vos compétences transférables. Et moi je voudrais ajouter vos compétences économiques transférables. Car il y a des compétences qui ne sont pas directement liées à une nécessité et un besoin économique.

Vous devez donc écarter ces compétences transférables non rentables ou alors faire un brainstorming pour voir comment vous pourriez les rentabiliser.

Exemple : vous êtes un passionné de train électrique miniature. Vous avez dans votre grenier un immense circuit que vous avez mis des années à construire. Comment pouvez-vous rentabiliser économiquement cette compétence ?

Je dirais que dans l’économie classique, ce n’est pas évident. Vous pourriez-vous faire engager par une marque de chemin de fer électrique, mais les places sont certainement très rares et souvent très loin géographiquement de l’endroit où vous habitez étant donné que ce type de d’entreprise est assez rare et qu’il n’y en a pas plein la planète.

Par contre dans la nouvelle économie numérique, vous pourriez vous lancer dans de la vente d’informations autour de cette activité. En effet de nombreuses personnes deviennent ce qu’on appelle des infopreneurs, c’est-à-dire des personnes qui gagnent leur vie en vendant de l’information sur Internet, sous forme de ebooks, de formations vidéo, de formations audio, de séminaires live en ligne (les nouveaux fameux Webinaires).

Étant un professionnel de l’Internet, je suis assez étonné parfois de tomber sur des personnes qui sont arrivées à créer des affaires très importante autour de passions, ou de compétences qui a priori ne semble pas viables économiquement.

Certaines personnes photographes amateurs sont comme cela arrivées à créer d’énorme business de vente de produits d’information autours de la photographie. Vous allez peut-être me répondre « oui mais ça c’est normal ». Je vous répondrais que maintenant que ces personnes ont réussi, il est facile de dire « à oui c’est normal ».

Mais si on se replace avant que ces personnes ne réussissent, avant que l’Internet ne connaisse ces vendeurs de produits d’information qui ont créé une activité autour de la photographie amateur, je vous assure qu’il n’y avait pas beaucoup de personnes prêtes à miser sur la viabilité économique de tels projets.

C’est la raison pour laquelle quand une personne me parle de ses passions et de ses compétences transférables, je préfère ne pas juger, car il est extrêmement difficile de savoir et d’estimer le réel potentiel économique d’une affaire de vente de produits d’information autour d’une thématique particulière avant d’avoir essayé.

Néanmoins, si cette aventure vous intéresse à titre personnel, soyez néanmoins prudents de développer cela parallèlement à une activité économique concrète et viable.

Alors vous allez me dire que ce n’est pas facile de travailler 8h par jour dans un boulot pour ensuite rentrer chez soi et se mettre à une autre activité professionnelle. Eh bien sachez que cela dépend de la passion que vous avez pour cette autre activité professionnelle. Si vous êtes passionnés par ce que vous faites, ce ne sera pas un deuxième travail. Et les heures passeront facilement.

Par contre, vous devez faire attention à bien vous organiser au niveau de votre environnement direct, et je pense particulièrement à la famille car le fait de tout à coup consacrer ses soirées à s’enfermer dans son bureau devant un ordinateur pour créer un nouveau business peut amener des problèmes au sein de l’organisation de votre famille.

Vous ne serez plus disponibles comme avant, peut-être faisiez-vous la cuisine régulièrement, peut-être allez-vous chercher vos enfants à l’école, et peut-être que vous devrez changer ces habitudes, ce qui peut être mal perçu.

Dans ce cas je vous conseille de mettre les choses bien un plat avant ou au début de votre nouvelle activité en réunissant un petit conseil de famille, je veux dire de votre famille directe (je ne parle pas de vos cousins, oncles grands-parents, etc.), bref d’expliquer ce que vous allez faire, ce que ça va entraîner comme changement, mais aussi de préciser tous les avantages potentiels que cela peut apporter à votre famille en termes de revenus supplémentaires, mais aussi dans le fait d’avoir une personne heureuse à savoir vous au sein de la famille ce qui peut changer beaucoup de choses dans la dynamique familiale.

 

Quelles sont vos ressources ?

Quand vous changez de métier, vous devez toujours faire très attention à vos ressources économiques. Souvent l’envie, le rêve et la passion font oublier les réalités économiques. N’oubliez pas de bien faire vos calculs avant, sur ce dont vous avez besoin avant de faire certains choix. Je suis parfois étonné de voir que les personnes se lancent en croyant que ça va marcher mais sans assurer leurs arrières économiques. Le rêve peut vite se transformer en cauchemar. Je vous le dis car cela m’est arrivé une fois lorsque je me suis lancé dans une nouvelle affaire et que j’ai cru que ça allait cartonner.

Ce ne fut absolument pas le cas. Même pire, ce fut le bide complet. J’avais engouffré mes économies et le retournement a été très brutal car après trois mois seulement j’ai été obligé de mettre la clé sous la porte car les charges étaient trop importantes et que rien ne rentrait.

Je suis alors passé par une période difficile de survie économique pendant près d’un an et je ne souhaite à personne de connaître cela.

Le problème c’est que parfois dans la vie, on fait des trucs insensés et que ça marche. Et qu’il y a des gens autour de nous qui ont fait comme ça des grands sauts sans les préparer et qui les ont réussis.

Le problème est que vous devez toujours penser à assurer vos arrières coûte que coûte car si vous êtes la malheureuse personne sur laquelle tombe le manque de réussite, vous allez en baver.

C’est la raison pour laquelle changer de métier doit s’inscrire dans le cadre d’un processus bien construit, de façon à apporter des résultats heureux et pas de grosses désillusions.

Dans ce processus, vous devez identifier vos besoins réels derrière vos rêves. Mettre des mots concrets derrières les rêves. Et ensuite ramener cela à la réalité économique. C’est très important.

Exemple : vous avez toujours rêvé de travailler dans la mode. Actuellement, vous avez travaillé 20 ans dans une agence immobilière. Et maintenant vous n’en pouvez plus. Vous voulez faire le grand saut.

Commencez par s’identifier ce qui vous attire dans la mode. Ensuite essayez de trouver tous les métiers qui s’organisent dans le secteur de la mode. Regardez dans ces métiers lesquels vous attirent. Ensuite dressez les compétences transférables, c’est-à-dire les compétences que vous avez acquises jusqu’à présent dans votre métier précédent ou même éventuellement avant ou même en dehors de votre métier dans vos passions, dans vos hobbies, dans tous les compartiments de votre vie, compétences qui pourraient être mises à profit dans un des métiers de la mode qui vous attire. N’oubliez pas que vous devez apporter un réel plus, de façon à justifier votre utilité économique dans ce nouveau travail.

Vous devez absolument ensuite faire le bilan de vos ressources à la fois financières mais également au niveau de votre environnement géographique, familiale. Qu’est-ce que vous pouvez faire sans vous mettre en danger économiquement ? Quels sont les potentiels géographiques de ce que vous voulez faire ? Habitez-vous dans un trou perdu ou dans une grande agglomération qui vous donne beaucoup de choix quant aux possibilités d’emploi et de métier comme salarié ou comme indépendant.

Si par hasard, vous n’arrivez pas à faire l’adéquation entre vos envies et la réalité économique, vous devez peut-être envisager de suivre une formation ou de reprendre des études. Ça c’est un point capital à ne surtout pas négliger. Vous devez justifier votre utilité économique et celle-ci passe par une compétence réelle. Si vous n’arrivez pas à trouver de compétences transférables suffisantes pour aller vers le nouveau métier de vos rêves, vous devez peut-être envisager de suivre une formation plus ou moins longue.

Le secret dans le changement de métier qu’il soit comme salarié ou comme indépendant se situe vraiment dans la planification de tout ce que vous allez faire. Il faut transformer les rêves, les passions, les pulsions, les émotions en éléments concrets que vous allez utiliser pour construire un cheminement qui va vous mener à votre nouveau métier.

Tous les sauts un peu trop spontanés sont très dangereux. Je l’ai fait plusieurs fois en indépendant et je peux vous assurer que le regard que j’ai aujourd’hui sur tous ces changements est que j’ai souvent été inconscient et que cela m’a valu autant d’échecs que de réussites.

Malheureusement lors d’un de ces sauts, je n’avais pas d’arrières et là je n’ai pas rigolé.

 

Conclusion : la clé se trouve dans la planification !

Commencez par vous acheter un cahier dans lequel vous allez mettre tout cela par écrit de façon construite pour réaliser un beau changement de métier sans vous faire mal et qui ne vous apportera que du bonheur.

Comment changer de métier sans se faire mal ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *